En cette rentrée, l’entreprise aura soif d’un leadership à la Churchill

vendredi, 11.09.2020

Charlotte d’Aulnois *

Charlotte d’Aulnois

Quelle rentrée inhabituelle aux allures de grand-messe pour les uns et de grand « mess » pour les autres ! Incontestablement, elle agit en électrochoc, bouleversant notre écosystème tout entier sans pour autant apporter de clés de transformation claires et précises.

Et c’est là tout l’enjeu d’aujourd’hui pour nos entreprises et ceux qui les dirigent : rompre avec un management qui a pour vocation de « faire tourner le manège » pour renouer avec une capacité et un courage à réinventer dans le feu et dans le flou. Comme un appel à faire renaître le Winston Churchill qui sommeille en nous…

De manière récurrente ces derniers mois, cette personnalité emblématique au leadership aussi charismatique que controversé émerge dans bon nombre de nos discussions auprès des dirigeants et de leurs équipes. « Nous devons notre liberté à des hommes qui ne plient pas, ne s’agenouillent pas, ne se soumettent pas » clamait l’ancien ministre, à un moment de l’histoire où chacune de ses décisions remodelait de manière existentielle l’équilibre du monde. La canalisation des peurs et leur effet « tunnel », la mise en place de moyens à la hauteur des ambitions et la mobilisation de l’ensemble des forces autour d’un idéal commun ont été des leviers déterminants. Au cœur du leadership de Churchill se trouve le courage de ne pas être aimé, la conviction et la détermination d’agir « juste » « ici et maintenant », une résilience à toute épreuve et le développement d’un écosystème de relations solides.

La rentrée 2020, toute proportion gardée, ressemble dans son expression à ces moments charnières, perclus de doutes et d’angoisses. Comment résister à cette énergie sclérosante ? Et comment être celle ou celui qui, coûte que coûte, embarquera ses équipes vers demain, avec la puissance de décisions et d’actions qui redonnent sens au quotidien et foi en l’avenir? En première ligne pour ce défi, les dirigeants. Rémunérés pour être providentiels, ils sont plus qu’attendus aujourd’hui.

Cette rentrée est donc un véritable rendez-vous, celui d’un leadership qui va bien au-delà d’une déclaration d’intention. Quel que soit le domaine, économique, scientifique, politique ou autres, il parait essentiel, du moins à court terme, de ré-accueillir les équipes autour d’un leadership orienté « Chef de file ». Aptes à poser un cadre structurant, indiquer la voie, décider et agir, ils sont de ceux qui osent, tombent parfois, se relèvent et transforment le système de manière incrémentale et profonde. Que cela plaise ou non !

Selon notre expérience, 4 clés pragmatiques permettent d’amorcer cette nouvelle ère :

•    Une vision courte à 9 mois qui canalise les énergies, les fait converger et donne vie

•    Peu d'objectifs mais très bien choisis et définis, actionnables rapidement et alignés avec les ressources à disposition

•    Une cellule spéciale "échanges et alignements de proximité" pour plus d’agilité relationnelle et organisationnelle

•    Une posture de leader d'action assumée, engagée et pleinement responsable

Churchill écrivait encore : « L’histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire ». Loin de représenter l’archétype du leader attendu, il a cependant osé transformer le pire pour le mieux et dans un contexte aussi complexe que volatile. Au Churchill d'aujourd’hui devenu mentor, je me tourne vers le ciel et lui crie: Where are you Sir?

* Founder et Managing Partner, GenerativeHumanae





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...