Dynamique du Covid: le calme avant la tempête

jeudi, 29.10.2020

Cédric Tille *

Après la première vague du printemps, l’évolution du Covid a donné lieu à des interrogations. Le nombre d’hospitalisations et de décès est resté faible jusqu’à fin septembre, après quoi, la dynamique s’est accélérée. Un simple modèle statistique rend compte de ces aspects, et indique que nous allons vers des semaines très difficiles.

Une dynamique en deux temps

Durant la première vague les courbes des hospitalisations et décès suivaient celle des nouveaux cas. Une divergence est apparue depuis l’été, car la forte hausse des cas n’a pas été suivie par les autres courbes.

Nous pouvons analyser la dynamique entre les différentes variables de manière simple en nous basant sur les chiffres du site https://www.corona-data.ch/ agrégés par semaines. Cette analyse montre que le nombre de nouveaux décès durant une semaine reflète le nombre de nouveaux cas durant la semaine précédente. Durant la première vague, chaque nouveau cas conduisait à 0,055 nouveaux décès. 

Le lien a changé depuis le début de l’été. Le dépistage a en effet été étendu et nous identifions actuellement un grand nombre de cas de gravité moindre alors que durant le printemps seuls les cas les plus graves étaient identifiés. Le modèle statistique est ajusté en conséquence, et permet à la relation entre cas et décès de changer depuis début juin. Depuis lors un nouveau cas conduit à 0,007 nouveaux décès. Si ce lien plus faible est une bonne nouvelle, il n’en demeure pas moins qu’il peut quand même conduire à un nombre substantiel de décès si le nombre de cas est suffisamment élevé.

Le modèle statistique simple rend bien compte de l’évolution du nombre de décès depuis fin février. La courbe bleue dans la figure indique le nombre effectif de décès hebdomadaires alors que la courbe rouge montre le nombre estimé en appliquant notre modèle au nombre de cas observés. Les deux courbes sont très proches : le modèle capture bien la première vague, le nombre limité de décès de mai à septembre, ainsi que la hausse des dernières semaines.

Notre analyse statistique peut également être appliquée à l’impact du nombre de cas sur le nombre de personnes hospitalisées, aux soins intensifs, et sous assistance respiratoire. Là aussi il colle bien aux chiffres observés et montre un lien plus modéré depuis juin.

Scénario pour les semaines à venir

Nous pouvons utiliser notre modèle pour estimer la trajectoire future des décès et hospitalisations en prenant un scénario pour les nouveaux cas. Nous considérons un doublement du flux de cas dans la semaine finissant le 1er novembre, suivi d’une stabilisation et d’une décrue régulière.

La situation se détériore substantiellement même dans ce scénario plutôt optimiste. Le modèle indique une rapide hausse des décès et des hospitalisations, ces dernières atteignant un pic presque deux fois plus élevé que celui du printemps. Les nombres de personnes aux soins intensifs et sous assistance respiratoire suivent des trajectoires similaires. Le scénario indique que les capacités hospitalières vont être mise plus fortement sous pression que durant la première vague, et qu’il est dès lors important d’agir vite.

Version longue

Version en anglais

* Professeur d’économie Graduate Institute Geneva





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...