Le franc fort crée aussi des opportunités

mercredi, 05.08.2015

Dukascopy Bank. Reprise du courtier japonais en devises Alpari et accès au plus grand marché des changes du monde.

Interview: Nicolette de Joncaire

André Duka. Président de Dukascopy.

La banque Dukascopy n'a pas caché depuis janvier son intérêt pour l'acquisition d'un courtier japonais licencié. C'est chose faite. Le groupe annonce aujourd'hui la reprise d'Alpari Japon au terme de six mois de négociations avec Alpari UK, mis en faillite par la décision de la Banque Nationale Suisse de cesser de bloquer le cours du franc face à l'euro. Entretien avec André Duka, président de Dukascopy.

Pourquoi cette acquisition?

Le Japon est le plus grand marché des changes du monde. Plus important que l'Europe et même que les Etats-Unis. C'est un marché très mur où les clients sont expérimentés et il est régulé de manière très fine. Cela fait plus d'un an que nous étions à la recherche d'un courtier titulaire d'une licence car il est pratiquement impossible d'en obtenir une et que, de surcroit, il est bien préférable de travailler avec une équipe chevronnée. 

Alpari Japon répondait-il pleinement à ces critères?

L'équipe d'Alpari est d'une qualité remarquable et dispose de vrais talents. A mes yeux, les collaborateurs représentent le principal bénéfice de cette transaction et toute l'équipe sera intégrée dans la nouvelle entité, Dukascopy Japon. Y compris son directeur actuel Shinji Tashiro.

La culture japonaise est très différente. Pensez-vous que l'adaptation posera problème?

Les japonais sont travailleurs et dévoués et comme je l'ai déjà souligné l'équipe d'Alpari est de grande qualité. Je n'envisage aucune difficulté. En outre, le marketing Dukascopy qui surprend parfois en Suisse, s'adapte parfaitement à la culture japonaise.

La maison-mère d'Alpari Japon, Alpari UK est actuellement sous régime d'administration spéciale.

Alpari a cessé son activité au Royaume-Uni suite à la décision de la Banque nationale suisse de mettre fin au plafonnement du franc suisse face à l'euro. Le mouvement avait créé une volatilité exceptionnelle et un manque extrême de liquidité qui a compromis sa solvabilité. En conséquence, Alpari Japon qui n'était pas directement concerné mais faisait couvrir ses positions par sa maison-mère a été également contraint de suspendre ses opérations.

Les résultats de Dukascopy lui permettent donc d'envisager ce type d'opérations

Nous réalisons une excellente année. Tant sur le plan des volumes que de la rentabilité. La croissance de nos volumes sur les cinq dernières années est de 14,3% par an et, avec 65,2 milliards de dollars de transactions, juin a atteint un record absolu.

Les négociations ont-elles été difficiles?

KPMG UK, en charge de la liquidation des actifs d'Alpari, s'est montré dur en affaires mais très professionnel. L'Agence des services financiers japonaise (JFSA) a approuvé la transaction et la FINMA s'est montrée extrêmement coopérative.

Qu'attendez-vous de cette reprise?

Une forte croissance. Dukascopy Japon devrait être opérationnel au mois d'octobre et nous estimons que d'ici cinq ans, le Japon à lui seul représentera autant de chiffre d'affaires que le reste du groupe.

Sur le plan technique, conserverez-vous les logiciels japonais?

La totalité de l'activité sera migrée sur la plateforme technique Dukascopy. Notez que cette plateforme est déjà opérationnelle chez plusieurs courtiers japonais en White Label et qu'elle y a une bonne réputation.

Et la clientèle?

Nous récupérons évidemment les forces de vente japonaises. En outre, nous savons que les clients japonais sont intéressés par nos services car 10 à 15% des visites sur notre site émanent de résidents japonais. N'étant pas licenciés au Japon nous ne pouvions accueillir leur clientèle mais ce sera dorénavant possible.

Anticipez-vous d'autres acquisitions?

Alpari n'est qu'un premier pas. Nous cherchons à nous développer au niveau mondial et explorons des opportunités appropriées en Australie, au Canada, en Turquie et en Corée du Sud. Nous examinons également le potentiel russe et planifions d'ouvrir un second cluster européen à Chypre, en complément de celui de Riga.


Communiqué de presse de Dukascopy

En janvier 2015, le Groupe Dukascopy avait publiquement annoncé son intention d’acquérir un broker régulé au Japon. Aujourd’hui, Dukascopy Bank est fière de confirmer le rachat d’Alpari Japan K.K., broker japonais avec licence de Type 1.

Alpari Japan K.K. deviendra très prochainement Dukascopy Japan K.K. et offrira le trading des devises via la fameuse technologie Dukascopy. Les clients japonais auront un accès direct, via la plateforme JForex, aux mêmes cours et à la même liquidité que les autres clients du Groupe Dukascopy. Le redémarrage des opérations est prévu pour octobre 2015.

Dukascopy Japan a l’intention de maintenir l’équipe actuelle et la structure de direction d’Alpari Japan. Monsieur Vagrams Sayadovs, Vice-Président et Responsable des Services Institutionnels de Dukascopy Bank siègera au Conseil d’Administration en remplacement du représentant d’Alpari (UK).

Grâce à l’acquisition d’Alpari Japan K.K., le Groupe Dukascopy prévoit de doubler son volume de trading au cours des cinq prochaines années. Durant les 3 dernières années, la croissance moyenne annuelle du volume de trading a été de 14,3% et en Juin 2015, le volume mensuel a atteint USD 65,2 milliards. Désormais, le Groupe Dukascopy se compose de trois institutions situées dans des juridictions règlementées selon des standards élevés - Suisse, Union européenne, Japon plus Dukascopy Payments, un établissement disposant d’une licence européenne pour paiements et monnaie électronique. Le Groupe Dukascopy dispose de bureaux à Genève, Zürich, Riga, Kiev, Moscou, Shanghai, Hong Kong, Kuala Lumpur et maintenant à Tokyo comptant 350 employés (incluant l’IT) au total. Le Groupe Dukascopy poursuit son expansion et dans un avenir proche annoncera de nouvelles filiales de la banque.

L’équipe Alpari Japan est prête pour de nouveaux défis!





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...