Dan Day-Robinson sur Bürgenstock

26.08.2015: interview de Dan Day-Robinson, Swiss Futures and Options Association (SFOA), accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV

Nouvelle vie pour une vieille tradition

L'Agefi, 27.08.2015

Bürgenstock. Le forum international des produits dérivés entre dans une ère de diversité. Il accueillera les dirigeants des bourses du monde entier.

Du 22 au 24 septembre, le forum international pour les matières premières, les produits dérivés et les marchés émergents, Bürgenstock, se tiendra à Genève. Un record de longévité car ce sera la 36e édition de la conférence organisée par l'une des deux seules organisations professionnelles mondiales de ce type, la Swiss Futures and Options Association (SFOA). Chairman de SFOA depuis un an à peine, Dan Day-Robinson entend rendre à la conférence son lustre passé. Entretien.

La Swiss Futures and Options Association existe depuis 1979 mais vous n'êtes arrivé que l'an dernier. Vous ayez entrepris des changements de fond. Qu'en est-il?

Je suis effectivement membre du conseil d'administration et président de l'association depuis moins d'un an. Mon approche a tout d'abord été d'examiner longuement la situation et je n'ai commencé que récemment à apporter quelques changements au bénéfice des membres. Et dans le but d'attirer de nouveaux membres. 

Quelle est votre première priorité?

Ma première priorité a été Bürgenstock. A mon arrivée, j'ai été assailli de remarques sur "le bon vieux temps", l'époque où la conférence se tenait sur le site spectaculaire de Bürgenstock et où apparemment on s'y amusait beaucoup. J'ai donc pris l'initiative de raviver la conférence en l'orientant vers de nouveaux produits et de nouveaux marchés pour lui rendre son lustre d'origine. Autrefois, comme le disait mon prédécesseur Paul Meier, la conférence était un évènement organisé pour et par les professionnels du trading. Il l'est aujourd'hui par les organes de régulation et les départements de compliance. Je n'ai pas d'objection à ces aspects mais il faut se rappeler que règlementation et compliance sont des centres de coût et qu'il faut aussi s'intéresser aux affaires elles-mêmes. Le débat règlementaire est certes crucial mais il convient de centrer les débats sur les centres de profits: les nouvelles plateformes, les bourses émergentes, les entrepreneurs innovants.  Il ne faut pas oublier que nous sommes positionnés de manière unique, hors des grands centres britanniques et américains, pour offrir des débats neutres dont l'écho n'est pas réservé aux marchés anglo-saxons. J'ai donc fait appel à des chinois, à des indiens et à tous ceux qui désirent s'engager dans une discussion neutre sur les nouveaux marchés. Ce qui est le propre de Genève dont la réputation d'impartialité n'est plus à faire.

Quels sont les autres changements que vous introduisez?

Nous introduisons des changements dans notre structure d'adhésion afin de la rendre plus accessible et moins couteuse. Nous envisageons éventuellement  d'ouvrir une nouvelle catégorie aux membres individuels car, jusqu'à présent, nos membres étaient exclusivement des entités professionnelles, dont les plus grandes bourses de dérivés mondiales ainsi que l'Association des Banques suisses. Nous désirons aussi tisser des liens avec la communauté des négociants en matières premières car Genève est un centre mondial de la profession et nous lancerons une nouvelle initiative en Europe pour attirer le négoce mondial.  Notre magazine, la Swiss Derivatives Review, a déjà été rationalisé. Il est aujourd'hui disponible en ligne, ses thèmes sont plus ciblés et nous augmenterons le rythme des publications. Enfin, nous avons démarré des séminaires de formation en partenariat avec d'autres associations. Nous avons, par exemple,  tenu récemment un cours sur la réglementation européenne MIFID II et son homologue suisse FINFRAG.

La conférence Bürgenstock se tient bientôt. On a entendu dire qu'elle attirait moins les dirigeants que par le passé. Est-ce exact?

C'est tout à fait l'inverse. Pour ne donner que quelques exemples, Phupinder Gill, CEO du CME, et Magnus Billing, président du NASDAQ, seront parmi nous. Mais ce n'est pas tout. Nous attendons aussi David Peniket, président d'ICE Europe, Charlotte Crosswell, CEO du NASDAQ NLX et Priyanka Malhotra du London Metal Exchange. Enfin et par-dessus tout, j'aimerais insister sur le formidable contingent de participants en provenance des pays émergents. A commencer par Xiaoguo Zheng, vice-président de la China Futures Association, Chitra Ramkrishnan, directeur du National Stock Exchange of India, Ismael Caram, Deputy CEO du Rosario Futures Exchange d'Argentine ainsi que Kristian Schach Möller, CEO de l'Agricultural Exchange for Africa et Terry Adembesa de la Nairobi Securities Exchange (Kenya).  Je ne vais pas tous les énumérer ici mais leur présence correspond bien à la volonté d'ouverture vers les nouveaux marchés dont je vous parlais plus haut.

Avez-vous réorganisé les équipes?

Nous avons une nouvelle équipe dont l'objectif est de réduire les lenteurs et la complexité de l'organisation de Bürgenstock. J'use de ma longue expérience de promoteur d'évènements pour rationaliser les processus et les rendre plus efficaces. Au- delà des personnalités de haut vol réunies, nous avons changé le lieu de réunion pour que les visiteurs puissent se sentir vraiment au cœur de Genève, face à ses symboles, le jet d'eau et le Mont-Blanc. Nous introduirons de nouvelles activités pour accueillir une communauté plus diversifiée. Le traditionnel Cosy Corner sera remplacé par Burg Aftershock, un cocktail décalé avec jazz band et boissons exotiques qui devrait attirer un public rajeuni. L'évènement est plus court et moins cher. De manière plus générale, l'ambiance sera différente. Moins formelle de manière à ce que les conférenciers et les panelistes puissent mieux débattre avec le public.

Quel est selon vous l'avenir du SFOA?

Je ne suis pas voyant extra-lucide mais je constate que nous accueillons de plus en plus de nouveaux membres.

CV

Dan Day-Robinson

Dan Day-Robinson est président de la Swiss Futures and Options Association (SFOA) depuis fin 2014 et responsable du forum international pour les matières premières, les produits dérivés et les marchés émergents, Bürgenstock, qui se tient chaque année à Genève depuis 36 ans. Il a lancé les conférences Global Energy en 2012 et Cereals Europe en 2014 et est également le fondateur de GT Group, un prestataire de formation dans le domaine du négoce des matières premières, actif à Genève et à l'international depuis 2010. Dan Day-Robinson est membre du conseil éditorial de Trade and Forfaiting Review et de la Royal Geographical Society. Il était auparavant avec les Nations-Unies et conseiller du gouvernement britannique et du gouvernement de Dubaï ainsi que de la Qatar Investment Authority. Il a aussi été président d'un comité du groupe de travail international sur les risques liés aux matières premières de la Banque Mondiale. Sa carrière a débuté chez Cargill où il était trader en grains et il a travaillé par la suite chez Kleinwort Benson et Thomson Reuters.

Company Key facts

Swiss Futures and Options Association (SFOA)

Connue auparavant sous le nom de Swiss Commodities, Futures and Options Association, la Swiss Futures and Options Association (SFOA) est une association professionnelle à but non lucratif créée en 1979. Sa mission est de soutenir le développement et la croissance de l'industrie des matières premières et dérivés et ses adhérents comptent les bourses les plus importantes du monde. La SFOA organise chaque année à Genève le forum international pour les matières premières, les produits dérivés et les marchés émergents, Bürgenstock. 

Télécharger la page en PDF

 

...