«Le bitcoin constitue une nouvelle classe d’actifs et permet de diversifier les risques»

vendredi, 14.07.2017

Paolo Buzzi, CTO, chez Swissquotes, revient sur la décision de la banque en ligne de s’ouvrir aux monnaies virtuelles.

Leila Ueberschlag

Paolo Buzzi. Le CTO précise que Swissquote se devait de répondre à la demande croissante des millenials.

 

«Une grande partie de nos clients, des millenials, s’intéresse de plus en plus aux crypto-monnaies», explique Paolo Buzzi, CTO chez Swissquotes. La  banque en ligne vaudoise permet désormais à ses clients d’échanger aussi bien des euros ou des dollars que des bitcoins sur sa plateforme. Pour ce faire, le prestataire de services financiers, qui œuvre en tant que précurseur en Europe, s’est associé à la société luxembourgeoise Bitstamp. Avec ce nouveau service, Swissquotes vise donc à répondre à une demande grandissante de la part de sa clientèle. «En quelques heures seulement, nous avons enregistré des retours très positifs», se réjouit Paolo Buzzi. «Le bitcoin est aujourd’hui la plus célèbre, la plus liquide (même si la liquidité des crypto-monnaies reste faible) et pérenne des monnaies virtuelles et constitue une classe d’actifs qui est rentrée dans les mœurs», ajoute-t-il.

 

Les clients souhaitant effectuer des opérations en Bitcoin ne disposent cependant pas de levier, ce qui leur évite le risque de perdre plus que ce qu'ils ont misé. La taille d’une transaction est fixé à un minimum de cinq dollars ou euros et le maximum à 100'000 dollars ou euros. Les frais sont établis en pourcentage du montant de la transaction, entre 0,5% et 1%. «La liquidité de cette monnaie virtuelle est relativement petite, mais cela ne pose pas de problème car les montants de transactions autorisés restent bas. Cela ne nous permet, par contre, pas de créer des instruments de levier», informe Paolo Buzzi.

 

Le bitcoin, en tant que monnaie virtuelle complètement indépendante des institutions (notamment des politiques monétaires suivies par les banques centrales et de leurs taux d’intérêt directeurs) constitue, selon le CTO, une nouvelle classe d’actifs et un moyen de diversifier le risque. «La véritable valeur ajoutée que nous amenons, c’est que nous permettons à nos clients d’investir dans le bitcoin via notre banque», explique Paolo Buzzi, avant de rappeler l’intérêt que représente la blockchain, la technologie derrière les crypto-devises qui permet, en supprimant les intermédiaires, d’être «efficace», «plus économique» et «totalement transparente.» Swissquotes ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et prévoit déjà d’étendre son offre à d’autre crypto-monnaies – l’ether – dans un futur proche.

 

 


 
 

 


...