Les conseils des pro pour les petits investisseurs

dimanche, 08.01.2017

Nouvelle année, nouvelle opportunité: tel est souvent la devise des privés dans leurs placements financiers. Les petits investisseurs ne doivent toutefois pas laisser gonfler leur épargne au hasard.

Conseils pratiques pour petites bourses!

Malgré les taux d'intérêt bas et des Bourses solides, les petits investisseurs peuvent encore accroître le rendement de leur fortune.

Mieux vaut ne pas acheter, pour un investisseur privé, de titre unique dans des segments "exotiques" ou dans des pays émergents. Cela est beaucoup trop risqué et peut plus rapidement mal tourner qu'avec un investissement dans un paquet d'actions ou d'emprunts, relève Kevin Gardiner, stratégiste en chef des investissements à la banque privée Rotschild.

Il conseille aussi de ne pas placer ses économies thème par thème. Les tendances démographiques ou les investissements dans le domaine de l'eau sont tabous: toutes les informations sont déjà intégrées dans les cours, et une augmentation marquée des bénéfices est à peine possible, explique l'expert de la banque plus que centenaire.

Règles simples

En outre, les développements à long terme connaissent des ruptures fondamentales, comme l'illustrent l'élévation du niveau de vie, le recours accru aux services bancaires ou encore les flux commerciaux. Les investisseurs qui misent sur de telles évolutions peuvent actuellement être très vite rattrapés par la réalité.

"Pour l'heure, il apparaît plus attractif pour les investisseurs de 'posséder' une entreprise au moyen d'actions diversifiées que de seulement la financer via des obligations", note encore Kevin Gardiner.

Il fait référence aux faibles intérêts que touchent les investisseurs qui mettent uniquement de l'argent à disposition d'une entreprise, sans en être copropriétaire: seuls les investissements en actions dédommagent aujourd'hui les investisseurs pour les risques pris. De plus, plusieurs endroits profitent d'une croissance économique qui, sans être forte, favorise les placements en actions.

Ne pas trop restructurer

A côté de l'argent liquide et des investissements en actions ou dans l'immobilier, Rothschild conseille pourtant aussi des obligations d'Etat et d'entreprises, bien rémunérées. Les premières assurent un rendement de 1% par an, alors que les actions peuvent générer environ 7%.

Les bons d'option (warrants) constituent un compromis à prendre en compte. Ils gagnent en valeur et protègent le portefeuille en cas de chute boursière. Les petits investisseurs devraient restructurer leur portefeuille aussi peu que possible, car cela amène souvent de plus grosses pertes, conseille encore Kevin Gardiner.

En outre, les voitures anciennes, les timbres et autres objets d'art, souvent considérés comme source de richesse par les particuliers fortunés, constituent plutôt des loisirs que des placements.

Apprendre des professionnels

Chef du gestionnaire d'actifs Blackrock pour la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche, Christian Staub conseille même aux petits investisseurs de ne pas acheter une action unique ou d'autres titres uniques. Une diversification demeure importante pour atténuer les reculs.
Mieux vaut miser sur des éléments constitutifs. Les investisseurs privés peuvent ainsi toujours décider si un gestionnaire de portefeuilles doit intervenir ou si cette composante reproduit un indice, ce qui est relativement avantageux pour l'investisseur.

De plus, les petits investisseurs profitent des grands gestionnaires d'actifs, avance Christian Staub. Par exemple, s'ils commandent un fonds indiciel d'un tel acteur auprès de leur banque. Ces produits sont non seulement très avantageux en raison des effets d'échelle dans les grandes entreprises, mais représentent aussi immédiatement leurs indices sous-jacents sans perte.

De nouvelles opportunités

Christian Staub s'attend par exemple à ce que les taux d'intérêt bas perdurent quelque temps et que des classes d'actifs complètement nouvelles gagnent en importance à l'avenir en Europe. Les investissements dans des projets d'infrastructure comme les routes à péage, les éoliennes ou de nouvelles lignes ferroviaires concentreront l'attention des épargnants, estime-t-il.

Les gérants de fortune n'appartenant pas à une banque peuvent aussi soumettre leurs recommandations d'investissement hors de tout conflit d'intérêts, comparativement à leurs homologues des instituts de crédit.

Enfin, les épargnants peuvent utiliser des outils en ligne qui permettent de simuler leurs préférences en matière de plan de retraite. Histoire de constater une fois pour toute que l'argent planqué sous le matelas ou le livret d'épargne classique ont fait leur temps, conclut Christian Staub. (awp)


 



 

 
 

...