Bourse Zurich: le SMI fait du surplace, bancaires sous pression

mardi, 10.01.2017

La Bourse évolue sur une note peu changée mardi en milieu de séance.

A 11H50, le SMI grappillait 0,06% à 8429,85 points. Le SLI prenait 0,07% à 1329,72 points et le SPI 0,1% à 9184,15 points. Sur les trente valeurs vedettes, treize avançaient, quinze reculaient et Dufry et Galenica étaient stables. - (Reuters)

La Bourse évolue sur une note peu changée mardi en milieu de séance. Après des journées de négoces moroses aux Etats-Unis et au Japon, les données préalables étaient plutôt négatives. Avec son chiffre d'affaires pour 2016, le chimiste Sika déçoit modérément les investisseurs pour le début de la saison des résultats car le quatrième trimestre est resté en-deçà des attentes. Les bancaires cèdent du terrain.

Les investisseurs attendent désormais avec impatience la conférence de presse de Donald Trump mercredi. Certains acteurs se détournent de leurs positions en dollars en perspective de l'évènement.

A 11H50, le SMI grappillait 0,06% à 8429,85 points. Le SLI prenait 0,07% à 1329,72 points et le SPI 0,1% à 9184,15 points. Sur les trente valeurs vedettes, treize avançaient, quinze reculaient et Dufry et Galenica étaient stables.

Dans le camp des gagnants, la recommandation de Sonova (+2,3%) a été relevée par Mainfirst à "outperform". Morgan Stanley a relevé la recommandation pour Richemont (+2,2%) à "overweight" de "equal weight" et a augmenté l'objectif de cours. L'exercice 2016/17 devrait marquer un plus-bas en matière de bénéfice et le potentiel futur est sous-estimé, explique les analystes.

Swatch (+1,8%) emboîtait le pas à son concurrent. Richemont et Swatch ont fait partie des plus faibles performances de 2016 avec respectivement 6,4%, et 9,6% de perte.

Sika (+0,3%) tirait aussi son épingle du jeu. Le chimiste du bâtiment et producteur de colles a revendiqué une croissance organique de près de 5% en 2016 et anticipe des gains encore jamais réalisés jusqu'ici. Malgré tout, le quatrième trimestre a déçu. Un porte-parole a affirmé que les élections américaines ont provoqué un ralentissement temporaire de l'activité.

Parmi les perdants, les bancaires, Credit Suisse (-0,7%) et UBS (-1,1%) déclinaient, probablement en raison de prises de bénéfice. Dans le contexte de l'augmentation de capital de l'italien Unicredit, entamée cette semaine, les investisseurs se montrent prudents. Les assureurs Swiss Re et Zurich cédaient respectivement 0,4% et 0,5%.

Syngenta perdait 0,3%. Dans le cadre de l'acquisition par le chinois ChemChina, les deux sociétés ont fourni des garanties aux autorités de la concurrence de l'Union européenne afin d'obtenir un feu vert à leur processus de fusion en cours. Ces "engagements" ont été soumis lundi, rapporte mardi le site internet de la Commission européenne. Aucun détail n'est fourni quant à cette démarche.

Goldman Sachs a maintenu la recommandation pour Swisscom (-0,7% à 463,10 CHF) à "sell" et le groupe fait désormais partie des "key sell ideas" de la banque. L'objectif de cours a été raboté de 50 CHF à 380 CHF.

Les poids lourds défensifs évoluaient diversement: Novartis (+0,3%) et Roche (+0,7%) soutenaient l'indice, alors que et Nestlé (-0,5%) le freinait.

Au niveau du marché élargi, Evolva (-22,4%) a annoncé attendre un chiffre d'affaires plus faible que prévu par le marché. Par ailleurs, la société biotechnologique pense pouvoir lancer son édulcorant Eversweet en 2018. Pour l'instant, les négociations se poursuivent avec le partenaire américain Cargill.

Lifewatch (-3,5%) était aussi dans le rouge. L'entreprise a annoncé hier vouloir se retirer du marché de la surveillance du temps de coagulation du sang.

Parmi les gagnants, Santhera montait de 8% et Bobst 3,2%, sans information spécifique. - (awp)


 



 



...