SAS va supprimer des emplois, bénéfice annuel inférieur aux prévisions

mardi, 13.12.2016

La compagnie aérienne scandinave SAS a annoncé mardi qu'elle allait supprimer des emplois en 2017, reconnaissant des coûts trop élevés qui ont pesé sur un résultat annuel inférieur aux prévisions.

SAS, concentré sur ses plateformes de Stockholm, Copenhague et Oslo, compte se décentraliser et "mettre en œuvre de nouvelles mesures d'efficacité, au-delà de la réduction de 1000 emplois à plein temps dans notre administration" déjà effectuée, a expliqué le groupe.

La compagnie aérienne scandinave SAS a annoncé mardi qu'elle allait supprimer des emplois en 2017, reconnaissant des coûts trop élevés qui ont pesé sur un résultat annuel inférieur aux prévisions.

Le bénéfice annuel de l'exercice (clos fin octobre) a progressé de 38% à 1,32 milliard de couronnes (136 millions d'euros), alors que le chiffre d'affaires stagnait, à 39,46 milliards de couronnes.

Mais le résultat opérationnel du quatrième trimestre, en baisse de 47% à 680 millions de couronnes, a été très loin des 938 millions attendus par les analystes interrogés par l'agence de presse financière SME Direkt.

"Au cours de l'automne, la conjoncture est devenue plus difficile (...) Une structure de coût plus basse et une hausse de la rentabilité sont nécessaires", a commenté dans un communiqué le directeur général Rickard Gustafson.

SAS, concentré sur ses plateformes de Stockholm, Copenhague et Oslo, compte se décentraliser et "mettre en œuvre de nouvelles mesures d'efficacité, au-delà de la réduction de 1000 emplois à plein temps dans notre administration" déjà effectuée, a expliqué le groupe.

"Nous examinons la possibilité de changer la perspective pour certaines parties de notre production en établissant des activités de transport aérien en dehors de la Scandinavie", a-t-il ajouté.

SAS avait été vue comme l'une des principales victimes de l'annonce par le gouvernement suédois fin novembre d'un projet de taxe carbone sur les billets d'avion. Mais son adoption n'est pas garantie.

Par ailleurs, elle souffre face à la concurrence de la "low cost" Norwegian, qui, fondée en 2002, offre beaucoup moins d'avantages salariaux et sociaux, et a établi une filiale irlandaise pour ses vols long-courrier.

Le détail des mesures de SAS doit être annoncé au second semestre 2017. - (awp)





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki


 

Rejoignez-nous


 


...